Prospection magnétique

Principe

La prospection magnétique a pour objet l'étude du champ magnétique ambiant, combinaison du champ magnétique solaire, du champ magnétique terrestre, des variations géologiques (de grande et petite longueur d'onde) et des perturbations anthropiques. La mesure porte sur la valeur d'induction magnétique en Tesla. En général, les variations de l'induction sont de l'ordre de quelques dizaines de nT pour un champ ambiant de l'ordre de 47 000 nT.

Les effets anthropiques et géologiques sont liés à l'aimantation des matériaux et sont une propriété intrinsèque de ceux-ci. On distingue deux types d'aimantations :

  • l'aimantation induite : c'est une aimantation directement proportionnelle à la susceptibilité magnétique du matériaux (la faculté du matériaux à s'aimanter sous l'action d'une excitation magnétique).
  • l'aimantation rémanente : aimantation forte même après la disparition du champ magnétique externe.

 

Mesures et materiel utilisé

Concrètement, les prospections d'Archéo-GC mesurent la variation du champ magnétique entre deux points espacés d'un mètre : on mesure donc un pseudo-gradient magnétique en (T/m). Cela permet de s'affranchir des variations du champ terrestre et d'affiner la détection d'objets de faibles dimensions.
Les mesures sont réalisées grâce à des sondes de type fluxgate Grad-601 de Bartington et les nouvelles sondes tri axiale Grad 13

 

Structures détectables

  • objets à forte susceptibilité magnétique (fer)
  • structures fossoyées
  • voirie
  • mur
  • zone de chauffe (four...)

 

Limite

  • Très sensible à la présence de métal